mercredi 12 décembre 2012

Comment devenir moche?

Tous les matins, je demande à mon miroir (pas) magique qui est la plus belle.
Et tous les matins, il me donne la bonne réponse (en même temps, c'est moi qui commande).

Comme pour me punir de ce narcissisme démesuré (et inné), ce matin, le destin s'est attelé à me mettre des troncs dans les roulettes.

Aujourd'hui, et exceptionnellement, je ne suis donc pas la plus belle.
J'ai peur que mes collègues ne s'aperçoivent que je ne suis qu'un mythe.

Comment en suis-je arrivée là? Rien de plus simple!

De 1. J'ai des valises de 23 kg sous les yeux.
Il m'a suffit de ne pas dormir (ou très peu) cette nuit car je me demandais, en vrac : Est-ce que Dieu existe? Pourquoi j'ai pas de mec? Est-ce que les abeilles piquent? Pourquoi on a un nez? Pourquoi j'ai pas de mec? Est-ce que Gato m'aime vraiment du fond du coeur? Est-ce que Gato est capable de ressentir des émotions? Est-ce que les chats ont une âme? Pourquoi j'ai pas de mec? Pourquoi ma concierge ne se rase pas la moustache? Pourquoi les pandas ne mangent pas de viande? Est-ce que les pandas sont des ours? Pourquoi j'ai pas de mec? Pourquoi je suis trop grosse?

De 2. J'ai un pied bot.
Après une nuit si passionnante, la sonnerie de mon réveil m'a fait l'effet d'un troupeau d'éléphanteau marchant sur mon oreiller. Quatre fois, puisque je m'évertuais à l'éteindre avec l'espoir qu'il décède entre deux sonneries. A la quatrième (maudite!) sonnerie signalant la limite fatidique du "je-suis-très-en-retard", je me suis levée précipitamment pour filer me préparer. Je n'ai évidemment pas vu que la couette était à moitié tombée par terre, sinon je n'aurais pas bêtement glissé dessus et laissé mon petit peton atterrir contre le pied du lit. J'ai eu beau sauter en micro-chialant et en me tenant le petit orteil, je pense qu'il est cassé en mille morceaux. Je peux donc oublier mes velléités de reconversion en petit rat de l'opéra et autres destins de danseuses étoiles. Merci mon lit, j'ai raté ma vie.

De 3. Je ne peux plus prononcer les consonnes.
J'ai la langue brûlée au huitième degré. Voilà ce qui arrive quand on boit du café brûlant pour se réveiller. En plus, on est mercredi et le mercredi, c'est mousse au chocolat à la cantoche. Je ne vais donc pas pouvoir en profiter. ALORS QUE JE N'AIME MEME PAS LE CAFE!

De 4. J'ai un coco-bel-oeil.
Conséquence fâcheuse d'une recherche active du café qu'on ne sait pas où on range puisqu'on n'en boit pas. Et qu'on a la tête dans le fion. Un bon coup de porte de meuble de cuisine (et un oeil en moins), c'est bien plus efficace pour se réveiller.

De 5. Je boîte.
C'est me tenant la mirette (et le peton) et en mâchouillant un glaçon que je suis entrée sous la douche, plus renfrognée qu'un sanglier. Je commençais sérieusement à jurer comme un charretier quand la p*#*% de douche m'a fait sursauter car elle était glaciale et, en reculant, je me suis sévèrement cognée la fesse droite sur le robinet. P%$# de b...del de m..de! (Remarque: pour une fois que j'ai mal au cul...).

La seule bonne nouvelle de la matinée, c'est que j'ai croisé Jean-Michel-de-la-compta dans l'ascenseur en arrivant au stalag. Me voyant borgne et boiteuse, il s'est bien gardé de me proposer un sempiternel déjeuner plus ennuyeux que l'ennui.
Il s'est probablement dit que j'avais un mec.
Un mec violent.
Mais un mec quand même.


3 commentaires:

  1. Les abeilles ne piquent pas!!!

    RépondreSupprimer
  2. Bah si elles piquent!
    Bon zut, j'ai un wordpress tout neuf, mais si neuf que je ne me rapelle plus mon username x)
    Donc Hel en passant par We♥words qui s'est régalé de ce texte. Avec de la comapssion quand même, si, si!
    J'aime particulièrement la fin, moi.

    RépondreSupprimer
  3. Au demeurant, j'espère que Jean-Michel-de-la-compta ne va pas me proposer de soirée fessée...

    Et merci Hel.

    RépondreSupprimer